Pourquoi Jean ZAY mérite le Panthéon Lettre ouverte aux détracteurs locaux

Des associations dites patriotiques font circuler actuellement une pétition qui fustige l’entrée de Jean ZAY au Panthéon. Ceux là même qui n’ont jamais lu les biographies historiques, dont le remarquable ouvrage d’Olivier Loubes ; biographie historique et scientifique d’un patriote, d’un républicain convaincu  qui a marqué les années 30 et le monde de l’éducation à jamais ; certes…. il était juif, franc maçon mais tellement républicain.

Lire la suite

Publicités

Réaction de Nathalie Lanzi suite aux élections départementales

Nous venons de perdre le département des Deux Sèvres conquis en 2008. Notre bilan était bon, notre programme cohérent nos équipes soudées et élargies à nos partenaire d’EELV.

 

Plusieurs leçons sont à tirer de cet échec :

Lire la suite

Caricatures et fanatismes, une réalité de tous les temps

Les français et les françaises ont redécouvert la presse écrite avec Charlie ; à l’ère du virtuel, des infos en temps réel, la population a retrouvé ce matin, dès l’aube, le chemin des kiosques et du papier !

Ces événements douloureux de la semaine dernière doivent nous tenir en éveil sur des petits « rien » que nous avions oublié ; acheter le journal, découvrir au-delà des articles de fond la puissance d’un message écrit et dessiné, de la lecture, des fous rires devant des dessins qui témoignent de notre actualité.

Les français ont l’air de redécouvrir les caricatures et pourtant dans nos écoles de la République combien de cours de français ou d’histoire ont été illustrés par des dessins, des gravures qui coutaient les «arrêts »  à leurs auteurs. Louis XIV en était le maitre par excellence. Les philosophes des Lumières ont exprimé leur mécontentement subtilement, finement par la beauté de notre langue, la finesse des dessins, ils étaient, à leur façon les grands «frères »  de l’équipe de Charlie.

Ce que nous avons vécu, au-delà de la folie de quelques hommes, c’est le rappel des fondements de la liberté d’expression ; nous avons une liberté totale, fabuleuse et nous l’avions oublié !

La génération des 15/30 ans ne connaissait pas Charlie Hebdo, mais a été élevée, grâce à l’école aux caricatures, aux dessins humoristiques et savent les interpréter : c’est peut être toute la subtilité ; à ceux qui refusent et qui ne veulent pas les comprendre c’est le manque de culture, d’ouverture sur le monde et surtout le fanatisme.

Je trouve cette définition de Voltaire tout à fait adaptée à ce que nous avons vécu à méditer sans modération…

Du fanatisme

« On entend aujourd’hui par fanatisme une folie religieuse, sombre et cruelle. C’est une maladie de l’esprit qui se gagne comme la petite vérole. Les livres la communiquent beaucoup moins que les assemblées et les discours. On s’échauffe rarement en lisant : car alors on peut avoir le sens rassis. Mais quand un homme ardent et d’une imagination forte parle à des imaginations faibles, ses yeux sont en feu, et ce feu se communique ; ses tons, ses gestes, ébranlent tous les nerfs des auditeurs. Il crie : « Dieu vous regarde, sacrifiez ce qui n’est qu’humain ; combattez les combats du Seigneur ! » et on va combattre.

Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un fanatique novice qui donne de grandes espérances ; il pourra bientôt tuer pour l’amour de Dieu. […] Il n’est d’autre remède à cette maladie épidémique que l’esprit philosophique qui, répandu de proche en proche, adoucit enfin les mœurs des hommes, et qui prévient les accès du mal ; car dès que ce mal fait des progrès, il faut fuir et attendre que l’air soit purifié. Les lois et la religion ne suffisent pas contre la peste des âmes ; la religion, loin d’être pour elles un aliment salutaire, se tourne en poison dans les cerveaux infectés. […] Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ?  »

Voltaire

Extrait du Dictionnaire philosophique (1764)